Un fauteuil roulant intelligent : le projet SYSSIAS

Un prototype de fauteuil roulant équipé d’un système de détection d’obstacles afin d’aider les personnes handicapées et/ou âgées à se déplacer et à garder leur autonomie vient d’être proposé par le projet européen SYSSIAS mené par des équipes françaises et anglaises. Des tests cliniques vont bientôt être réalisés à la fondation Garches à Paris.

Ce projet regroupe différents acteurs : des équipes de chercheurs de l’ISEN Lille, de l’école centrale de Lille, des universités anglaises de l’Essex et du Kent ainsi que les hôpitaux (Kent et institut catholique de Lille).

Le but principal du projet est de répondre aux besoins sécuritaires des personnes dont l’état de santé se dégrade au cours de la journée.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Le fauteuil est équipé d’un système de détection des obstacles composé de capteurs et d’un algorithme de navigation permettant au fauteuil de ralentir ou de s’arrêter en cas de besoin.

On compte 9 capteurs d’ultrasons et 2 capteurs infrarouges répartis tout autour du fauteuil dont la portée est de 4 mètres pour un usage en intérieur. Un retour visuel avec des LED de 3 couleurs permet à l’utilisateur de connaître la proximité de l’obstacle.

Ces informations sont pour le moment traitées par un PC portable embarqué dans le fauteuil. Cependant, il devrait être prochainement remplacer par un boîtier contenant un microcontrôleur intégré.

A terme, le système devrait être adaptable sur les fauteuils roulants existants sur le marché et pour un coût le plus faible possible.

Une évolution supplémentaire à venir ?

A partir de l’année prochaine, une nouvelle phase du développement sera lancée : le travail sur le contournement des obstacles et le passage automatique des portes. Le but est de localiser les objets qui peuvent changer de place, apparaître ou disparaître grâce à des caméras pilotées par un algorithme.

Ensuite, un autre volet du projet est de faire en sorte que le système puisse s’adapter au degrés de handicap et de fatigue de la personne au travers, entre-autre, de la détection du clignement des yeux et sur l’amélioration de la commande vocale.

Enfin, le but final est de doter le fauteuil d’un système de communication afin de pouvoir envoyer et recevoir les données médicales via une connexion sans fil. Une version finalisée est prévue pour la fin de l’année 2013.

Source : http://www.futurasciences.com

Teddy Huyghebaert, ergothérapeute.

A propos de Hacavie

Pour toutes demandes d'informations, de conseils, d'aménagements ou autres, utiliser la page de contact et non les commentaires : Contact & Assistance