L’accessibilité du musée du Louvre-Lens

Le Louvre-Lens, aussi appelé Louvre II, est une antenne du Louvre de Paris. Il a été inauguré le 4 décembre 2012 et ouvert au public le 12 du même mois. C’est un établissement public de coopération culturelle à caractère administratif fondé par le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, le département du Pas-de-Calais, la communauté d’agglomération de Lens-Liévin, la ville de Lens et le musée du Louvre. Le site ne présente pas moins de 7000 m² de surface d’expositions et de réserves visitables. Le musée étant un établissement public, nous nous y sommes rendus afin d’en évaluer l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite. Lors de notre visite, une exposition temporaire sur la renaissance était présentée. Trois salles accueillent des expositions différentes : la Grande Gallerie pour les expositions permanentes, la Gallerie des expositions temporaires pour celles du moment et le pavillon de verre pour les expositions annuelles. Commençons par le parking. Il contient 5 places « handicapées » à l’entrée de l’aire de stationnement. Cependant, il faut quand même gravir un long plan incliné pour arriver aux portes du musée… Il n’y a, à première vue, pas de problèmes rencontrés pour les personnes utilisant un fauteuil roulant électrique mais les utilisateurs de fauteuils roulants manuels auraient, pour la plupart, besoin de l’aide d’une tierce personne. La situation est identique pour les usagers présentants des difficultés à se déplacer. Le hall d’accueil bénéficie d’un espace important et d’accès faciles pour les personnes à mobilité réduite (PMR) aux guichets pour les tickets et les audio-guides. Ces derniers sont fournis, avec des écouteurs, gratuitement à l’entrée du musée. C’est une interface tactile dans laquelle on retrouve un plan en 3 dimensions du musée. Il suffit de s’y déplacer et de sélectionner l’objet exposé qui nous intéresse pour en obtenir des informations audios ou écrites. Malheureusement l’audio-guide n’est pas accessible aux personnes non-voyantes (pas de fonction de défilement ou synthèse vocale). Des guides sont à disposition. Les plans du musée situés dans le hall d’accueil sont en relief tactile et portent des inscriptions en braille. Ils précisent l’ensemble des endroits accessibles pour tous. Des ascenseurs adaptés sont disponibles pour accéder « aux coulisses du musée ». Des sanitaires adaptés sont présents dans chaque bloc de sanitaires ordinaires. Dans les salles d’expositions, l’ensemble des tableaux, sculptures ou autres objets est disposé à hauteur des yeux y compris pour une personne se déplacant en fauteuil. En conclusion, on peut dire que l’intérieur du musée est très accessible pour les personnes à mobilité réduite. Par contre, l’extérieur aurait besoin d’aménagements supplémentaires. En effet, le plan incliné présente une pente raide et très longue. Des paliers de repos pourraient probablement alléger les efforts fournis par les personnes à mobilité réduite. Peut-être serait-il envisageable d’aménager des places de parking réservées aux personnes handicapées à proximité de l’entrée principale ? S’il n’est pas possible d’accéder facilement au musée, l’intérêt d’un aménagement intérieur s’en trouve plus limité. Teddy HUYGHEBAERT, ergothérapeute.