Aménagement de domicile pour création d’une salle de bain

Orientée par une assistante sociale, Mme B a contacté l’Association HACAVIE pour être conseillée sur la création d’une salle de bains pour son époux.

photo des toilettes du domicile avant aménagementphoto des toilettes domicile après aménagement

Le demandeur :

Mr B est âgé de 63 ans. Il souffre d’une maladie neurologique dégénérative provoquant des tremblements, localisés principalement au niveau des membres supérieurs. Monsieur souffre également d’une dégénérescence articulaire généralisée dont l’atteinte est plus importante au niveau des genoux. La mise en place de prothèses de genoux s’est avérée nécessaire mais diverses complications ont provoqué une limitation articulaire importante. En effet, Mr B ne peut plus étendre ses jambes ; la jambe droite est limitée à 70° d’extension et la jambe gauche à 90°. Mr B se déplace, à l’intérieur de son domicile, à l’aide d’une chaise à roulettes, par traction podale.


Il utilise également un fauteuil roulant électrique. Il doit être aidé de son épouse pour la réalisation des transferts, pour la toilette et l’habillage. Mr B est capable de prendre ses repas seul, mais les tremblements auxquels il est sujet les rendent difficiles. Le domicile :

Mr et Mme B vivent dans une maison à étage, de dimensions standards, dont ils sont propriétaires. Le rez-de-chaussée est composé d’un couloir d’entrée, de toilettes, d’un séjour, d’un salon, d’une cuisine et d’un bureau. Derrière ces deux dernières pièces, on peut trouver une terrasse et un jardin. L’accès à l’étage s’effectue par un escalier avec virage. L’étage comprend les chambres et la salle de bains, équipée d’une baignoire standard.

Actuellement, Mr B ne pouvant plus se rendre à l’étage, une chambre a été aménagée au niveau du bureau ; un lit électrique à hauteur variable y a été installé. La toilette est réalisée dans le séjour à l’aide de bassines. Le projet :

Mr et Mme B souhaiteraient réaliser une extension, derrière la chambre de Monsieur, afin d’y aménager une salle d’eau adaptée sans ainsi réduire l’espace de vie existant. Cela faciliterait grandement la réalisation de la toilette de Mr B. Nous avons donc réalisé un cahier des charges détaillé, accompagné de plans, indiquant les différents aménagements à effectuer afin de répondre aux besoins de Monsieur.

Cette salle d’eau, de 5 m², comprendrait, entre autres, une douche siphon de sol revêtue de carrelage antidérapant, une barre d’appui, un pare-douche à mi-hauteur, un lavabo sans colonne et une cuvette surélevée, facilitant ainsi l’accès aux divers éléments sanitaires.

L’utilisation d’une chaise de douche à roulettes, munie de poignées de poussée, est envisagée. Le pare-douche à mi-hauteur permettrait à Madame d’aider son époux pour la réalisation de la toilette en se penchant au-dessus de ce pare-douche sans être gênée par les éclaboussures. Les financements :

Mr et Mme B n’étaient pas en mesure d’assumer le coût du projet et souhaitaient bénéficier d’aides financières. Pour ce faire, nous nous sommes mis en relation avec le CAL PACT. Cet organisme a pu instruire des demandes de subventions auprès des caisses de retraite de Monsieur et auprès de l’ANAH (Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat). Le reste à charge étant encore trop important, un dossier auprès du Site pour la Vie Autonome a été constitué. Mr B a obtenu le fond de compensation de celui-ci ainsi qu’une participation de sa caisse de sécurité sociale. Cela a permis à Mr et Mme B d’effectuer les travaux envisagés.

Céline CANTA, ergothérapeute, HACAVIE