La main myoélectrique

Le jour ou le médecin confie à l »ergothérapeute un patient en vue de l »adaptation d »une prothèse myoélectrique une belle aventure commence, prenante et passionnante.

Je vous parlerai ici du travail et de l »adaptation de prothèses de membres supérieurs pour des jeunes de 0 à 18 ans.

C »est la population avec laquelle je travaille depuis plusieurs années.

Cela va demander un suivi très précis, à long terme, dans lequel la volonté du patient et de son entourage est primordiale.

Toute notre action sera liée aux bonnes relations entre l »enfant, sa famille, le médecin, l »orthopédiste et l »ergothérapeute, c »est à dire au travail d »équipe.

La facon d »aborder le problème sera différente selon que l »enfant est amputé de naissance ou traumatique.

Pour le premier, il s »agira de mettre en route un circuit qui n »a jamais été utilisé, alors que pour le second, il faudra retrouver un circuit interrompu.

Avant de proposer une prothèse myoélectrique, le médecin prescrit une prothèse esthétique, c »est-à-dire qui ne bouge pas. Souvent dès les premières semaines pour les enfants amputés de naissance. Nous habituons ainsi l »enfant à intégrer une prothèse dans son schéma corporel très tot. Avec l »orthopédiste qui la réalise, l »ergothérapeute la concoit, puis lui apprend à la mettre et à s »en servir. Si l »enfant a aussi besoin d »une prothèse myoélectrique, cette première étape de prothèse esthétique est très précieuse.

Ensuite, s »il est nécessaire, dès que l »enfant est prêt, le travail plus spécifique en vue d »une prothèse myoélectrique, commence.

L »âge de départ est très variable. Certains enfants amputés de naissance peuvent déjà commencer à 2 ans et demi.

Mais que veut dire prothèse myoélectrique ?

C »est une prothèse qui bouge, qui peut prendre, tenir et lâcher grâce à la contraction de muscles sur lesquels sont placés des capteurs (posés sur le bras).

Chaque contraction d »un muscle déclenche une tension électrique qui peut être mesurée sur la peau. Ces tensions très faibles de l »ordre du microvolt vont être utilisées pour commander la prothèse. Elles sont amplifiées et utilisées comme impulsions de départ pour l »ouverture, la fermeture et la rotation de la main.

</font> L »ergothérapeute utilise toutes ces données et tout d »abord va rechercher les « points moteurs » sur le bras de l »enfant.

Pour ce travail très précis et technique, nous utilisons différents moyens de tests et de jeux comme le « myotrainer »mais aussi notre propre sensibilité, nos connaissances spécifiques et notre bonne communication avec l »enfant.

</font> Après avoir trouvé les points moteurs sur le bras amputé, l »ergothérapeute va lui apprendre à les utiliser et tout un travail de rééducation commence à l »aide de jeux adaptés.

Le jeune apprend à controler les tensions musculaires au niveau du moignon et ainsi à ouvrir et à fermer une prothèse. Ce temps de rééducation est très variable de l »un à l »autre et va amener l »enfant d »étapes en étapes à porter une prothèse myoélectrique adaptée à son bras.

Ensuite, il apprendra à l »actionner dans l »espace avec toutes sortes d »activités et il arrivera à coordonner les deux mains.

Dans ce suivi, nous faisons attention aux positions de travail, aux déplacements, au choix des dominances à tout ce qui concerne le bon équilibre de l »enfant.

Progressivement, cette prothèse va devenir « sa main myoélectrique ». Il ne va plus penser « ouvrir et fermer » mais »prendre et lâcher » : cette main fait partie de son schéma de vie.

Tout ce travail l »ergothérapeute l »écrit selon un protocole demandé et établi avec le médecin. Il permettra l »acquisition définitive d »une main par le patient.

A ce moment là, la rééducation aura la forme d »un suivi : notre intervention se fera plus occasionnelle pour l »adaptation d »une nouvelle emboîture ou d »une nouvelle possibilité fonctionnelle comme par exemple une main proportionnelle ou pour des conseils au sujet d »une activité précise comme la guitare ou un sport, pour une orientation scolaire ou le choix d »un métier

Ainsi, l »action de l »ergothérapeute auprès de jeunes en attente d »une prothèse myoélectrique est très vaste.

Si dans cette demande l »important de la démarche se situe autour de l »apprentissage, l »adaptation, l »entraînement de la main myoélectrique, notre role d »accueil, d »écoute, d »accompagnement sera aussi partie intégrante de cette mission

A propos de Hacavie