Aménagement pour accès à l'étage

Le lieu de vie étant au premier étage, Mr V est dans l »impossibilité de sortir de son domicile. Quelles solutions peuvent lui être proposées ?

Le demandeur :

Mr V. est âgé de 73 ans. Il souffre de troubles neurologiques progressifs dont les premiers symptômes datent de janvier 2005. Ceux-ci prédominent au côté gauche où l »on relève une paralysie du membre supérieur et inférieur. Monsieur se déplace à l »aide d »un fauteuil roulant manuel, équipé d »une double main courante, qu »il propulse lui-même. La mise en station debout est possible, en prenant appui sur une barre de maintien, avec l »aide d »une tierce personne. Mr V. doit être aidé pour la réalisation de la toilette et de l »habillage.

Le domicile :

Mr V. vit avec son épouse dans une maison dont ils sont propriétaires.

Le logement se compose, au rez-de-chaussée, d »un hall d »entrée, d »un garage, d »un atelier et d »un jardin accessible soit par le garage, soit par une terrasse avec escalier située au 1er étage. L »accès au 1er étage se fait par un escalier à quart tournant haut de 13 marches et de 82 cm de largeur. Cet étage comprend un couloir desservant la cuisine, le salon-séjour et les toilettes. A noter la présence d »une porte séparant l »escalier du couloir. Le 2ème étage comprend les chambres et la salle de bains. Le lit de Mr et Mme V. a été installé dans le salon. Une barre d »appui murale horizontale a été placée nbso online casino reviews sous la fenêtre ; une ceinture y est attachée pour que Monsieur s »agrippe afin de faciliter la mise en station debout.

La problématique : La difficulté principale rencontrée par Mr V. réside dans l »accès extérieur de son domicile. En effet, en raison de la configuration du logement, Monsieur est dans l »incapacité de sortir de chez lui.

Les solutions : Pour permettre à Mr V. de sortir de son domicile, deux solutions peuvent être envisagées :

1 – L »installation d »un siège monte-escalier :

Dans un souci de sécurité, le siège devrait être situé à gauche de la montée d »escalier. Le rail devrait se prolonger au niveau du couloir afin que le transfert se fasse à ce niveau. En effet, Mr V serait ainsi éloigné de l »escalier lors du transfert. Si le rail était placé de l »autre côté, le transfert se ferait en haut de l »escalier et cela s »avèrerait dangereux.

Par conséquent, Mme V. devrait descendre le fauteuil roulant actuel ou faire l »acquisition d »un second fauteuil pour Monsieur. De plus, la porte séparant l »escalier du couloir du 1er étage serait alors supprimée.

2- L »installation d »une plateforme élévatrice verticale :

Afin de limiter les transferts, qui s »avèrent de plus en plus difficiles, la meilleure solution, à long terme, consisterait en l »installation d »une plateforme élévatrice. Mr V. pourrait ainsi rester dans son fauteuil roulant. Dans le but de limiter les travaux à l »intérieur du logement, la plateforme pourrait être installée au niveau de la terrasse. L »accès extérieur se ferait alors par le jardin puis par le garage. Cette solution est la plus sûre mais la plus onéreuse.

Aménagement pour l'accès à l'étage par siège monte-escalier

Le projet retenu :

Après réflexion, Mr et Mme V ont opté pour l »installation d »un siège monte-escalier. Cette solution est la moins coûteuse et ne nécessite aucun gros travaux. Toutefois, cela demande la réalisation de plusieurs transferts.

Mr et Mme V nous ont alors transmis un devis. Après consultation de celui-ci, nous nous apercevons que le couple envisage d »installer le siège à droite de la montée. Nous contactons alors Mr et Mme V pour leur expliquer de nouveau notre préconisation plus sécurisante. La suppression de la porte actuelle était un frein à cette décision. Peut-on la conserver en effectuant une encoche ?

L »installateur est donc réintervenu au domicile de Mr et Mme V. Le siège pourra être installé de l »autre côté et le rail se prolongera au niveau du couloir. Concernant le problème de la porte, il est résolu en modifiant le sens d »ouverture et en réalisant une encoche afin que le rail puisse passer.

A ce jour, le dossier est en cours de financement via le Site pour la Vie Autonome.

«  »Céline CANTA, Ergothérapeute HACAVIE